Meven Hayes ♦ Try again, fail better
Membre
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 15/08/2017
Pseudo : la Volpe
Faceclaim : Bill Skarsgård
Fiches : La fiche
Les liens
Voir le profil de l'utilisateur
Meven Hayes ♦ Try again, fail better • Mar 15 Aoû - 2:11

Meven Hayes

feat. Bill Skarsgard


NOM : Hayes PRÉNOM(S) : Meven ÂGE : 27 ans SEXE : Masculin ORIGINES : Américaines et canadiennes ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel OCCUPATION : Tous les petits jobs alimentaires sont pour lui, du moment qu'il est pas encore viré GROUPE : Goélands

LE PERSONNAGE
Tu n’es rien, rien du tout. Sans savoir si tu as grandi trop vite ou si tu es toujours un enfant, tu étais le genre de sale gamin qui se croyait tout permis parce qu’on n’avait jamais été foutu de lui imposer des limites. Tes parents, ils étaient pas faits pour en être. T’es arrivé dans leur vie par accident, et ils ont pas eu le courage de t’en faire disparaître aussi vite que t'étais venu. Ils s'aimaient pas vraiment pourtant, et ils étaient trop jeunes, trop cons aussi peut-être. C’est comme ça qu’on crée des familles malheureuses. Ils essayaient de faire comme les autres, ils essayaient de te donner l'amour dont t’avais besoin étant gamin. Ils essayaient de jouer au couple marié et harmonieux. Mais tout ça, ça sonnait faux. Toi tu savais pas, t'étais tout petit. Ce que tu savais, c'était que papa voulait jamais jouer au foot avec toi et que maman pleurait souvent en appelant mamie à la rescousse pour te garder. T'étais là, mais t’aurais tout aussi bien pu être ailleurs qu’ils auraient pas réagi. Ils étaient à la ramasse, c'est tout. Et toi, tu comprenais pas. Tu te disais juste que papa et maman, ils t’aimaient pas.

T’as grandi en faisant toutes les conneries que tu pouvais. Puisque tout le monde s’en foutait, qui pouvait te dire quelque chose ? Personne. T’allais pas en cours, tu fumais, tu buvais. Tu sortais avec des cons puisque c’était les seuls qui te suivaient dans tes délires. Finalement, tu ne les appréciais même pas, mais la solitude, c’était pire que tout. A la maison, tu n’existais pas, alors quand tu sortais tu avais besoin d’un entourage. Ces personnes, ils étaient tous à tes pieds. Tu les prenais, tu les jetais. Tu t’en foutais. Quand t’as arrêté les études, t’as pris un job pourri dans un restaurant. Tu faisais la plonge, mais tu t’es fait virer. C’était pas grave, t’as trouvé un autre endroit, et ainsi de suite.

Ta vie, c’était de la merde. Le pire ? C’est que tout était de ta faute. Mais tu te serais jamais remis en question. T’avais déjà 24 ans quand tu en as pris conscience, quand on t’a fait ouvrir les yeux. La princesse qui t’a aidé à te sortir de la merde, elle s’appelait Beth. Petite blonde au physique fragile, elle a tout de suite fait battre ton coeur d’une étrange manière. Elle était belle, douce. T’as eu envie de l’avoir rien que pour toi, et tu l’as eue. Elle n’a pas beaucoup résisté, elle a fini dans ton lit. Et comme les autres, tu l’as traitée comme de la merde. Mais elle, elle n’avait pas besoin de toi. Elle n’avait besoin de rien, de personne. Elle a disparu de ta vie la fois où tu l’as envoyée se faire voir, et t’as regretté. Tu t’en es mordu les doigts quand tu as compris qu’elle ne revenait pas en rampant. Tu t’es trouvé vraiment, vraiment con. Et quand tu l’as revue, tu as demandé pardon. Tu l’as serrée dans tes bras en t’excusant des dizaines de fois pour qu’elle accepte de te revenir, et simplement, elle a dit oui.

Elle était parfaite, petite princesse à ton bras. Tu aurais tout donné pour elle, même si t’avais pas grand chose. Tu voulais effacer la peine qui brillait toujours au fond de ses yeux, même quand elle souriait. Elle était comme ça, elle avait mal. Tu ne comprenais pas vraiment, mais tu comprenais jamais rien de toute manière. Et patiemment, allongée contre toi, elle t’expliquait. A sa façon, elle t’a appris qu’on était pas obligé de sortir avec les gens qu’on aimait pas, que boire jusqu’à en vomir c’était pas très marrant, et qu’un job stable c’était pas fait que pour les cons. Elle t’a appris que le mépris, ca rendait pas les gens heureux, et toi non plus. Tout doucement, elle a effacé la colère qui te rongeait.

Ca a duré trois ans. Un parfait bonheur, avec ta petite femme. Tu aimais l’appeler comme ça, parce que tu t’imaginais vraiment construire ta vie avec elle. Tu lui disais pas souvent, mais tu l’aimais comme un fou. Tu ne voyais qu’elle, tout le temps. Mais ce que tu n’avais pas vu, c’était son mal être qui grandissait, rampant toujours derrière elle comme une ombre. Il y a un soir que tu n’oublieras jamais, où Beth était contre toi, sa tête posée sur ton torse, ses longs cheveux blonds éparpillés sur ta peau nue. Tu la serrais contre toi, caressant doucement son épaule, les yeux à demi clos.

Comme à son habitude, elle a parlé d’une voix timide. Dans un murmure, elle t’a annoncé cette chose qui t’a fait l’effet d’un couteau dans les côtes. Elle allait mal, encore, toujours, malgré votre amour et malgré tout. Elle voulait mourir et elle allait se suicider. Toi, tu es resté silencieux un long moment, comme un con. Qu’est-ce que tu pouvais répondre ? Souvent, elle t’avait parlé de sa dépression. Si au début, tu pensais comme les autres qu’il suffisait de la faire rire quelques fois pour la guérir, tu avais fini par comprendre. Comprendre que rien que le fait de savoir que son cœur battait, que son sang coulait dans ses veines malgré sa peine, était douloureux pour elle. Elle avait beau sourire et rendre les gens heureux, elle ne savait pas comment l’être. Elle voulait mourir, parce que la vie n’était pas faite pour elle. Et toi, tu n’as rien dit. Tu l’as serrée un peu plus fort dans tes bras, et tu as senti qu’elle pleurait. Qu’elle pleurait parce qu’elle te faisait souffrir, et que tu allais souffrir un bon moment. Pourtant, tu ne voulais pas l’en empêcher. Tu l’aimais, si fort, tu voulais simplement qu’elle soit heureuse. Ta réflexion était peut-être stupide, mais tu ne voulais pas la forcer à vivre. Tu ne voulais la forcer à rien. Alors tu as demandé une dernière nuit, et ce fut la plus douloureuse de ta vie. Les yeux grands ouverts pour ne surtout pas dormir, tu l’as gardée contre toi. Vous avez fait l’amour et pour une fois, tu lui as dit à quel point elle était merveilleuse, à quel point tu l’aimais. Elle a pleuré, peut-être que toi aussi, un peu. Et quand le soleil a éclairé ta chambre de ses premiers rayons, Beth ressemblait à un ange. Tu as profité encore un peu de son corps contre le tien, de son odeur. Tu as fixé son regard aussi longtemps que tu le pouvais pour être sûr de ne jamais oublier la couleur de ses yeux. Tu savais que c’était bientôt la fin, tu ne voulais pas la laisser partir. Tu avais besoin d’elle, mais tu n’as pas voulu lui mettre cette pression sur les épaules. Avec toute la douceur du monde, tu l’as aidée à se rhabiller, puis tu as posé un dernier baiser sur ses lèvres pâles.

Beth est partie et tu ne t’es pas tout de suite rendu compte de tout ce que cela signifiait. Peut-être que tu as fait une sieste pour rattraper ta nuit blanche. Ce n’est que deux jours après que l’on t’a annoncé la mort de la jeune femme. Par téléphone, comme ca. Tu as balancé ton portable avec toute la rage qui t’animait, toute la détresse aussi. Tu as pleuré, pleuré comme tu as regretté de l’avoir laissé partir. Est-ce que tu t’étais trompé ? Tu ne savais pas, tu ne savais plus. Tout ce que tu savais, c’était que tu avais mal à crever. Tu t’accrochais aux souvenirs de cette dernière nuit passée avec elle, refusant de voir qui que ce soit, refusant de sortir. Tu n’es pas allé à l’enterrement, à quoi ça aurait servi ? Tu ne voulais pas entendre ces gens dire que celle que tu aimais n’avait aucune raison de se tuer, qu’elle avait tout pour être heureuse. Ils ne la comprenaient pas et ça te mettait dans une colère noire. Alors tu n’es allé voir personne. Et quand tu es ressorti pour la première fois, tu as compris que rien ne serait plus jamais comme avant. Les gens te montraient du doigt, on a même parfois murmuré que peut-être, la petite Beth était morte par ta faute. On croyait au meurtre, on croyait à tout ce qu’on pouvait pour tenter d’expliquer l’acte de ta jolie princesse.

Si au début tu tenais le coup, un jour tu as craqué. Plus rien ne te retenait chez toi, alors tu es parti. Un simple mot pour tes parents, et te voilà sur les routes avec ta petite valise. T’avais pas d’argent, pas d’endroit où aller, alors t’as pris des bus au hasard, des trains au pif. T’as fait du stop par moments, quand tu savais vraiment plus vers où te rendre. Et ta fuite t’a jeté dans l’état du Maine. Tu faisais du stop sur le bord d’une route froide et un peu déserte. Le pouce gelé, les lèvres tremblantes, tu as souri quand un homme s’est arrêté. Il t’a demandé où tu allais, tu as répondu que tu t’en fichais. Alors il t’a parlé d’une ville où il se rendait. C’était une petite ville sur la côte, tu t’en foutais mais tu as écouté quand même. Il parlait de légendes, de trucs surnaturels. Tu comprenais pas comment il pouvait y croire, ce type, mais à force de l’entendre, tu te disais que c’était pas si mal, un peu de fantaisie. T’avais besoin de ça peut-être, de t’évader. Au bout d’une heure de route tu as fini par annoncer que tu irais toi aussi à Seagulls Shore. Ici ou ailleurs, quelle importance ?

LE MEMBRE
Je m'appelle  Pauline et on me trouve sur les internets sous le pseudo de la Volpe - ou Pedro l'alcolo pour les intimes. J'ai été traînée ici par la peau des fesses par les Stevenson et Magdalena et j'ai trouvé votre forum bien joli ! Alors me voici avec mes grosses valises, j'ai hâte de voir ce que réserve ce petit bébé Sinon j'ai 22 ans et je suis super nulle pour parler de moi, alors je finirais simplement en disant que, globalement, je suis Jar Jar Binks.


Dernière édition par Meven Hayes le Mar 15 Aoû - 19:09, édité 6 fois
Membre
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 03/08/2017
Pseudo : Talyssia
Faceclaim : Eddie Redmayne
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Meven Hayes ♦ Try again, fail better • Mar 15 Aoû - 2:13

WESH BIENVENUE PAUUUU !
Fondatrice
avatar
Messages : 55
Date d'inscription : 30/07/2017
Pseudo : Monster.
Faceclaim : Marilyn Manson.
Fiches : Présentation & Liens.
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Meven Hayes ♦ Try again, fail better • Mar 15 Aoû - 3:10

Hey Sexy
Je t'ai déjà souhaité la bienvenue sur la CB du coup je vais juste ajouter un bon courage pour ta fiche de circonstance.
Membre
avatar
Messages : 48
Date d'inscription : 03/08/2017
Pseudo : Blimey!
Faceclaim : Christina Hendricks
Fiches : who i amwho i love
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Meven Hayes ♦ Try again, fail better • Mar 15 Aoû - 10:24

pauuuuuuu te voilààà welcomeeeeee !

Maintenant au boulot !


And all I am is a bird in the storm.
©crack in time
Membre
avatar
Messages : 12
Date d'inscription : 15/08/2017
Pseudo : la Volpe
Faceclaim : Bill Skarsgård
Fiches : La fiche
Les liens
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Meven Hayes ♦ Try again, fail better • Mar 15 Aoû - 13:33

COUCOU MERCI LES COPAINS
Membre
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 14/08/2017
Pseudo : Subanaru
Faceclaim : Kit Harington
Fiches : Présentation - Liens
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Meven Hayes ♦ Try again, fail better • Mar 15 Aoû - 17:42

Bienvenue parmi nous



ω Love is poison. A sweet poison, yes, but it will kill you all the same. ― George R.R. Martin
Compte Fondateur
avatar
Messages : 104
Date d'inscription : 28/07/2017
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Meven Hayes ♦ Try again, fail better • Mar 15 Aoû - 23:53

Validation

Ta fiche est validée, tu peux dès à présent recenser ton avatar, faire ta fiche de liens, et même le journal intime de ton personnage si l'envie te prend. N'hésite pas non plus à faire un petit tour dans les Suggestions pour nous aider à améliorer le forum, toutes les idées sont les bienvenues.

Amuse-toi bien !  
Contenu sponsorisé
Re: Meven Hayes ♦ Try again, fail better •

Page 1 sur 1Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
Sauter vers: